Thơ Khải Nguyên * Méditations d’un voyage

Méditations  d’un  voyage

 Groupe de quatre poèmes dans le même processus d’inspiration.

 par Khải Nguyên (Nguyễn Nguyên Khải)

1. Chanson  terrestre

Un pays en forme đ’ un  révolver

avec son chargeur

qui ne vise

                presque rien  que la  misère

                et le sous-développement

Nuits et jours

                     le Congo, Fleuve-Mère

gémit

          hurle

                   rugit

pour réveiller

                     son plateau

                     sa savane

                     ses forêts

                     ses gisements

         notamment le patron

                               d’ une terre

                                                 en friche

Et les vagues de l’Océan Atlantique

elles aussi

                 grondent

                 et grondent

                                   les terres vagues

                                   les ressources endormies

                                   les esprits ralentis

                                   les coeurs endurcis

Afin que

               puissent

les ondes du  Fleuve

                              saluer le lever

les flots de l’ Océan

                              chanter la chute

                                                     du jour

dignement

     Brazzaville, 01-1990

2. Équateur

On me trace

                définitivement

                                   en ligne nette

sur les cartes

d’ autant plus

                    qu’ invisible je suis

Je ne partage

                    ni continent

                                     ni océan

                   ni  êtres inanimés

                                     ni  êtres vivants

Quiconque scinde

                          la terre

                          en hémisphères

                                                 Nord et Sud

S’ il était “friand”

                     cet “Être fini”

                                      đes signes de convention

ce serait son affaire

Seulement, à travers moi, au rythme universel

se répartissent les saisons

Mais, en quel terme entre eux, à présent  

                                                            “Nord”

                                                            “Sud”?

Depuis quand ces termes représentent

                                           les pays pauvres et les pays riches

                                           la Misère et le Luxe

Oh! le langage politique!

est-ce qu’ on recourt à un autre “équateur”

qui doit être sans doute

                               que đe fois gelé

– Quand “débâcle” donc su^rement la compréhension?

***

Ah! Ce laique poteau

                              si humble et si vulgaire

on l’ a vu sur une rive đe la Likouala – Mossaka à Makoua (1)

marquant cette ligne imaginaire

Par un petit pas

                        voila on est au Nord

                        voila on est au Sud

Combien de pas

pour l’ autre “Nord”

                             l’ autre “Sud”?(2)

Que jamais entre eux

                             ne s’ ouvre

                                          le gouffre

même le gouffre du passé

même le gouffre du jeu politique ou économique!

Brazzaville, 02-1990

_____________________________

(1) un district de la région de Cuvette duCongo

(2) Termes politiques modernes désignant les pays riches et les pays sous-développés

3. À toi, ma soeur africaine!

Redresse la tête

                           non pas d’ un parvenu

                           non pas d’ un vantard

                           d’ une antilope non phus

mais d’ un être pensant

conscient de son đestin

Te voila passionnément dansante

 Agitant

            “galopant”          

                            le postérieur

qui  évoque l’ ouragan

                                ténébreux

               de la forêt primitive,

               du désert,

               de l’ histoire

et présage le vent

                         stimulant – aussi tourbillonnant

                de l’ ère nouvelle

Danse!

           danse phus!

                              danse encore!

ta danse a fait bien des hypocrites

du “monde civilisé”

                              danser;

et maintenant les racistes

ne savent sur quel pied

                               danser.

De la peau

                ne t’en soucie pas!

La beauté noire

                      a tout droit

à la diversité des fleurs parlantes

d’ être fière de prendre part.

De qui la témérité

                           d’ affirmer

que la beauté du diable lui manque?

Si on l’avait vraiment peu estimée,

par qui

             auraient surgi

                                 les métis?

“Une partie de la terre qu’ a oubliée Dieu”

Cette obsession

                       depuis la nuit des temps

                                                      débarrasse-toi-s-en!

L’oubli divin

pour l’ oubli humain

                               mille fois moins terrible.

Toutefois s’ effacer

                            c’ est le plus horrible!

Danse et danse!

                      et chante!

la vie ne pourrait en être privée

la Vie, cependant,

                          ne pourrait continuer

                                                          son existence

par et pour cela seul!

Brazzaville, 26-27/3/1990

4. Mélodie pénible

* `Il y avait un temps

non même maintenant

On dit

           sans  aucun  regret

que c’ est par là ou par ci

continent de l’ anophèle

               de la tsé-tsé

continent òu le lion seul digne de la majesté

et la tortue – héros dans les légendes éternelles

continent de l’inondation, de la sécheresse

               de la désertification, de la disette

continent des pygmées de corps ou de cervelle

               de la sauvagerie et de la barbarie

continent, en un mot, arriéré

                                         et de pitié

Tel est qu’ a dit la langue malsaine inconsidérée.

* Il y avait un temps

non! pas déjà longtemps

on dit de ses champions sportifs:

– Bah! Ils ont seulement des muscles

(Sans hésitation on hausse les épaules froidement)

et de ses écrivains, ses artistes, ses experts, ses savants:

– Euh! don égaré de Dieu

                                   bonnes grâces des races supérieures

(Toujours les mêmes  gestes méprisants et
prétentieux)

et de l’ Egypte antique, de la Carthage,

 de la culture bantoue:

– Ah ca! (on fait la moue)

* Il y avait un temps

non! même jusqu’ à présent

on voudrait bien oublier

                                ou faire semblant d’ oublier

que ses resources, ses mains-d’ oeuvres et même ses existences

à la prospérité

                      de pas mal de Puissances

ont contribué

et l’ ambition, la brutalité et l’esprit des conquérants européens

sans la sueur, les larmes et le sang des esclaves africains

la face de l’ amérique contemporaine n’ auraient pu transformer

O! le berceau de l’ humanité

                                           le plus ancien

à qui  et à quoi  servent réellement ses biens?

Quel  fruit de l’ accession à l’ indépendance

pour ses descendants

si gentils

                au point d’ être naifs  et  crédules?

* Il y avait un temps…

et pourtant

                 laisser le passé

                 en face de l’avenir regarder

Ce continent est quand même, à la civilisation moderne, obligé

il devrait, toutefois, au “monde civilisé”

                                                            son  du^  réclamer!

L’ écho du  cor  traditionnel  des  temps  lointains

dans le monde des ondes électroniques encore planant

exhorte les vivants.

Brazzaville, 4-1990

      Khải Nguyên

(Nguyễn Nguyên Khải)

1. Chanson  terrestre

Un pays en forme đ’ un  révolver avec son chargeur qui ne vise                 presque rien  que la  misère                 et le sous-développement Nuits et jours                      le Congo, Fleuve-Mère gémit           hurle                    rugit pour réveiller                      son plateau                      sa savane                      ses forêts                      ses gisements          notamment le patron                                d’ une terre                                                  en friche Et les vagues de l’Océan Atlantique elles aussi                  grondent                  et grondent                                    les terres vagues                                    les ressources endormies                                    les esprits ralentis                                    les coeurs endurcis Afin que                puissent les ondes du  Fleuve                               saluer le lever les flots de l’ Océan                               chanter la chute                                                      du jour dignement           Brazzaville, 01-1990

 

2. Équateur

On me trace                 définitivement                                    en ligne nette sur les cartes d’ autant plus                     qu’ invisible je suis Je ne partage                     ni continent                                      ni océan                    ni  êtres inanimés                                      ni  êtres vivants Quiconque scinde                           la terre                           en hémisphères                                                  Nord et Sud S’ il était “friand”                      cet “Être fini”                                       đes signes de convention ce serait son affaire Seulement, à travers moi, au rythme universel se répartissent les saisons Mais, en quel terme entre eux, à présent                                                               “Nord”                                                             “Sud”? Depuis quand ces termes représentent                                            les pays pauvres et les pays riches                                            la Misère et le Luxe Oh! le langage politique! est-ce qu’ on recourt à un autre “équateur” qui doit être sans doute                                que đe fois gelé – Quand “débâcle” donc su^rement la compréhension?

*** Ah! Ce laique poteau                               si humble et si vulgaire on l’ a vu sur une rive đe la Likouala – Mossaka à Makoua (1) marquant cette ligne imaginaire Par un petit pas                         voila on est au Nord                         voila on est au Sud Combien de pas pour l’ autre “Nord”    l’ autre “Sud”?(2)  Que jamais entre eux                              ne s’ ouvre                                           le gouffre même le gouffre du passé même le gouffre du jeu politique ou économique!

Brazzaville, 02-1990 _____________________________ (1) un district de la région de Cuvette du Congo (2) Termes politiques modernes désignant les pays riches et les pays sous-développés

3. À toi, ma soeur africaine!

Redresse la tête                            non pas d’ un parvenu                            non pas d’ un vantard                            d’ une antilope non phus mais d’ un être pensant conscient de son đestin Te voila passionnément dansante  Agitant             “galopant”                                       le postérieur qui  évoque l’ ouragan                                 ténébreux                de la forêt primitive,                du désert,                de l’ histoire et présage le vent                          stimulant – aussi tourbillonnant                 de l’ ère nouvelle Danse!            danse phus!                               danse encore! ta danse a fait bien des hypocrites du “monde civilisé”                               danser; et maintenant les racistes ne savent sur quel pied                                danser. De la peau                 ne t’en soucie pas! La beauté noire                       a tout droit à la diversité des fleurs parlantes d’ être fière de prendre part. De qui la témérité                            d’ affirmer que la beauté du diable lui manque? Si on l’avait vraiment peu estimée, par qui              auraient surgi                                  les métis? “Une partie de la terre qu’ a oubliée Dieu” Cette obsession                        depuis la nuit des temps                                                       débarrasse-toi-s-en! L’oubli divin pour l’ oubli humain                                mille fois moins terrible. Toutefois s’ effacer                             c’ est le plus horrible! Danse et danse!                       et chante! la vie ne pourrait en être privée la Vie, cependant,                           ne pourrait continuer                                                           son existence par et pour cela seul!

Brazzaville, 26-27/3/1990

4. Mélodie pénible

* `Il y avait un temps non même maintenant On dit            sans  aucun  regret que c’ est par là ou par ci continent de l’ anophèle                de la tsé-tsé continent òu le lion seul digne de la majesté et la tortue – héros dans les légendes éternelles continent de l’inondation, de la sécheresse                de la désertification, de la disette continent des pygmées de corps ou de cervelle                de la sauvagerie et de la barbarie continent, en un mot, arriéré                                          et de pitié Tel est qu’ a dit la langue malsaine inconsidérée.

* Il y avait un temps non! pas déjà longtemps on dit de ses champions sportifs: – Bah! Ils ont seulement des muscles (Sans hésitation on hausse les épaules froidement) et de ses écrivains, ses artistes, ses experts, ses savants: – Euh! don égaré de Dieu                                    bonnes grâces des races supérieures (Toujours les mêmes  gestes méprisants et prétentieux) et de l’ Egypte antique, de la Carthage,  de la culture bantoue: – Ah ca! (on fait la moue)

* Il y avait un temps non! même jusqu’ à présent on voudrait bien oublier                                 ou faire semblant d’ oublier que ses resources, ses mains-d’ oeuvres et même ses existences à la prospérité                       de pas mal de Puissances ont contribué et l’ ambition, la brutalité et l’esprit des conquérants européens sans la sueur, les larmes et le sang des esclaves africains la face de l’ amérique contemporaine n’ auraient pu transformer O! le berceau de l’ humanité                                            le plus ancien à qui  et à quoi  servent réellement ses biens? Quel  fruit de l’ accession à l’ indépendance pour ses descendants si gentils                 au point d’ être naifs  et  crédules?

* Il y avait un temps… et pourtant                  laisser le passé                  en face de l’avenir regarder Ce continent est quand même, à la civilisation moderne, obligé il devrait, toutefois, au “monde civilisé”                                                             son  du^  réclamer! L’ écho du  cor  traditionnel  des  temps  lointains dans le monde des ondes électroniques encore planant exhorte les vivants.

Brazzaville, 4-1990

      Khải Nguyên (Nguyễn Nguyên Khải)

Trả lời

Mời bạn điền thông tin vào ô dưới đây hoặc kích vào một biểu tượng để đăng nhập:

WordPress.com Logo

Bạn đang bình luận bằng tài khoản WordPress.com Đăng xuất /  Thay đổi )

Google photo

Bạn đang bình luận bằng tài khoản Google Đăng xuất /  Thay đổi )

Twitter picture

Bạn đang bình luận bằng tài khoản Twitter Đăng xuất /  Thay đổi )

Facebook photo

Bạn đang bình luận bằng tài khoản Facebook Đăng xuất /  Thay đổi )

Connecting to %s